La situation vue par notre ami Allaye Karembé…​

RadioYurugu_RadioDogonDuRenardPale

Notre interlocuteur au pays Dogon pour les projets agricoles est aussi médiateur. Nous avons décidé de partager avec vous les témoignages d’Allaye Karembé. Ces extraits de ses messages vous montreront à quel point la situation était tendue mi-avril. Nous cherchions alors des moyens de faire porter la parole des Dogon sur les médias, d’où les échanges avec lui sur le club RFI et les autres radios locales.

Message du 10 Avril

Bonjour M. le Président. Yapo ! Yapo !

Je vais bien et vous souhaite de même.

Grand Merci et Yapo ! Yapo ! à toute l’équipe du Comité d’Aide pour l’appui en matériel qui me va directement au cœur.

Les nouvelles, elles ne sont pas bonnes et n’évoluent pas bien.

Les gens se déplacent à moto et avec les véhicules forains. Actuellement tous les deux jours, au moins un village est brûlé et des personnes tuées et enlevées.

En 10 jours dans le cercle de Bandiagara, précisément dans les communes de Doucombo et Bandiagara, à 4 km de la ville de Bandiagra, les villages de Tégourou, Kassa et les hameaux de Songho et Doucombo ont été brûlés avec enlèvements de bétail puis la mort de 3 personnes et une personne portée disparue.

Dans la commune de Timiniri, dans le village de Diangassagou chef-lieu de commune, deux personnes sur une moto sont montées sur une mine artisanale et les deux jeunes hommes sont morts.

… …

Il est urgent de multiplier des rencontres de dialogues inter ou intracommunautaire pour briser le cycle de la violence et la source d’alimentation des groupes armés.

Aujourd’hui au pays Dogon, les gens vivent dans le risque, puisque l’État ne parvient plus à contrôler et maintenir la sécurité. Tout le monde est exposé. En plus moi, je suis humanitaire.

On est obligé de dialoguer sinon la colère et la violence ne feront qu’augmenter.

… …

Mes sincères remerciements et salutations à votre famille, l’équipe du Comité d’Aide, les partenaires du Comité et à vous.

Portez-vous bien.

Par votre ami Dogon qui pense à vous.

A bientôt.

Allaye KAREMBE

Message du 22 Avril

Bonjour M. Frédéric

Yapo ! Yapo !

Je vais bien et te souhaite de même.

Merci pour le message et tout le matériel envoyé qui est bien arrivé et à ma disposition. Merci beaucoup pour l’appui dont l’importance est inestimable pour mon travail.

Je connais Motié DARRA du club RFI qui a même participé à des ateliers que j’ai animé sur le dialogue communautaire la paix et la cohésion sociale … … Pour le moment, je garde de bon rapport de collaboration et de confiance, mais juste après l’enregistrement un des acteurs du conflit m’a dit qu’il se méfait des personnes qui travaillent directement avec les médias. Donc, j’ai vite alerté Motié pour qu’il ne diffuse pas mon intervention sur RFI, pour des raisons professionnelles.

En général, moi je fais parler les acteurs et non moi en tant qu’humanitaire. Cela me permet de garder une neutralité entre les acteurs donc ce sont leurs voix et opinions que les gens écoutent directement, pas une personne extérieure.

Il y a ici des radios FM qui parviennent à couvrir la plupart des villages des cercle de Bandiagara, Bankass, Koro, Douentzan, Djéné et Téninkou. Les cercles cités sont affectés par la violence intercommunautaire dans la région centre (Mopti).

… …

Les radios peuvent diffuser les messages de paix, mais actuellement les concertations sont plus efficaces pour réconcilier les cœurs et les esprits à travers des débats d’échange.

Nous serons plus efficaces par l’organisation de rencontres de dialogue intra et intercommunautaire et la diffusion des tables rondes pour la paix avec les communautés en conflits (Dogon et Peulhs et les personnes de caste différentes) pour coudre le tissu social déchiré.

J’ai reçu le message de Marie-Claire qui a viré 1 600 € pour organiser les ateliers de dialogue communautaire.

… …

Mes sincères salutations et remerciements à votre famille, les amis, l’équipe du Comité d’Aide et à vous.

Portez-vous bien.

Amitié. A bientôt.

Merci. Allaye KAREMBE

 

Depuis le pic de violence évoqué notamment dans le message du 10 avril, la situation est plus calme aux dires de plusieurs de nos contacts au Mali et au pays Dogon. Ce que corrobore aussi le fait que le Mali apparaît moins souvent dans l’actualité sur nos grands médias nationaux.

Faire un don

Avec chaque don, nous augmentons nos capacités d’autofinancement pour obtenir des subventions auprès des fondations et partenaires financiers. Pour chaque euro collecté, nous obtenons 2 à 5 euros auprès de ces organismes.

Important : 66% de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu (dans la limite de 20% du revenu imposable).
Un don de 100 € revient ainsi à 34 €. Le taux est porté à 75% pour l’impôt sur la fortune immobilière (dans la limite de 50 000 €).

Contribuer autrement ?

Partagez sur les réseaux
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Parlez-en sur votre blog
Partagez par email
Partager sur email

Mentions légales  –  Plan du site  –  Réalisé par Into The Why