Le ventre de la Terre

Projet de maternité bioclimatique – reporté (janv. 20)

Nous avons imaginé, pour la création dʼun centre de soin et dʼune maternité, un projet pouvant sʼapparenter à de lʼarchitecture traditionnelle et vernaculaire reprenant le style et les principes de construction communément répandus dans les falaises de Bandiagara… …

La dégradation des conditions sécuritaires au centre du Mali ne nous permet pas d’envisager sereinement le lancement de ce projet. Nous le gardons dans les cartons en espérant le concrétiser plus tard. En attendant, nous allons envoyer des médicaments et des équipements aux matrones sur le terrain. Suivez nos actualités.

Historique du projet

Nous avons en premier lieu réalisé un projet s’intégrant dans le paysage sans rompre visuellement avec l’architecture locale avec une charpente et une toiture en chaume, comme une juste évolution du bâtimentaire local, dans l’un des sites les plus imposants d’Afrique de l’Ouest. Mais en toute objectivité, 4 contraintes principales sont difficilement supportables :

  1. Cette région se trouve maintenant isolée, dans une situation économique affaiblie, du fait d’un environnement politique incertain,
  2. La pénurie de bois de construction fait qu’il n’est plus possible de réaliser une grande charpente de couverture,
  3. Le changement climatique et le réchauffement de cette zone sahélienne fragilise la région, sa biodiversité et la santé des Hommes,
  4. L’eau, source de vie, commence à manquer.

Pour créer des volumes correspondants à un petit établissement pouvant recevoir des patientes, des mamans avec leurs enfants sans les couper de la famille et de leurs environnements, il faut créer un véritable espace de vie protégé.

Pour réaliser cet espace de vie et de convivialité, il faut créer un volume plus grand qu’une simple maison de village. Et pour créer un volume de couverture, de toiture plus grand et homogène économiquement, il faudrait réaliser une charpente pour une toiture unique, une grande couverture de protection. Mais le bois manque et quand la population en trouve pour elle, il est maintenant utilisé principalement comme combustible à usage domestique pour cuisiner.

Vues latérale et sommitale du projet de maternité bioclimatique

Nous avons dans un deuxième temps orienté notre projet en minimisant l’exposition des murs au soleil pour obtenir un maximum de fraîcheur, en enterrant cette maternité. Ceci à la manière des habitations excavées, creusées sous terre. Le bâtiment est implanté sous la surface du sol et recouvert de terre pour une excellente isolation thermique défiant toute concurrence, et conforme aux principes bioclimatiques adaptés au Sahel et utilisés en premier lieu par les Toloy aux IIIème et IIème siècles avant J.-C. puis par les Tellem depuis le XVème siècle. Les constructions troglodytiques sont ainsi bien moins concernées par les variations thermiques de l’air, restant plus fraîches en toutes saisons, ce qui réduit d’autant l’usage d’une climatisation. Ce type de construction sera toujours adapté aux contraintes climatiques et à l’environnement.

« Préserver la vie des enfants et de leurs mères »

La terrasse de couverture ou plate-forme devient un collecteur des eaux de surface ou eaux pluviales qui seront renvoyées vers le grand puits de lumière surplombant un patio, circulaire comme l’impluvium situé en-dessous, et laissé à ciel ouvert. Au centre de cet espace circulaire, on plantera un petit arbuste épineux, le zèguènè ou dattier du désert (Balanites ægyptiaca), parfois centenaire, que l’on trouve dans tout le Sahel et qui peut survivre jusqu’à deux ans sans pluie.

Seul le puits de lumière situé au-dessus de la salle d’examens ou d’accouchement sera recouvert temporairement en cas de pluie par un grand chapeau de paille conique (seko) de 2 mètres de diamètre, facilement ajustable et identique à la couverture des greniers dans les villages.

à notre époque, au vingt-et-unième siècle, lʼarchitecture dans cette région du Sahel est figée inexorablement dans le temps, elle fait partie du patrimoine de lʼUNECO, en tant que zone protégée. Elle doit maintenant se donner les moyens de sʼadapter aux évolutions climatiques et aux matériaux disponibles localement sans rompre avec les traditions.

Cristian Faure, maître d'œuvre

Plan topographique et environnement du projet

Présentation du bâtiment

Le projet est constitué d’un bâtiment de 120 m² utile, d’un seul tenant, s’inscrivant dans deux cercles emboîtés de 2 500 et 700 m². La construction est semi-enterrée et recouverte avec les matériaux ayant été excavés. On accède aux locaux au moyen d’une rampe hélicoïdale qui les entoure et les protège.

L’aménagement intérieur est prévu comme suit :

  • une salle d’examen et d’accouchement
  • deux chambres doubles
  • un espace douches et toilettes sèches
  • une cuisine et une réserve
  • différentes ouvertures permettent le passage de la lumière et la circulation de l’air.

 

N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez avoir plus d’informations sur le projet, recevoir les plans en haute définition…

Contact : comite.sangha@gmail.com

 

Coupe longitudinale avec les aménagements prévus

Plan général du bâtiment

La première ébauche de ce projet

Faire un don

Avec chaque don, nous augmentons nos capacités d’autofinancement pour obtenir des subventions auprès des fondations et partenaires financiers. Pour chaque euro collecté, nous obtenons 2 à 5 euros auprès de ces organismes.

Important : 66% de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu (dans la limite de 20% du revenu imposable).
Un don de 100 € revient ainsi à 34 €. Le taux est porté à 75% pour l’impôt sur la fortune immobilière (dans la limite de 50 000 €).

Contribuer autrement ?

Partagez sur les réseaux
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Parlez-en sur votre blog
Partagez par email
Partager sur email

Mentions légales  –  Plan du site  –  Réalisé par Into The Why