Newsletter du Comité – Juin 2019

IMGP1700 Ecole Kamba

Édito

Le comité d’aide à Sangha et au pays dogon est engagé depuis plus de 35 ans auprès de la population vivant dans une zone géographique située entre Bankass et Douentza. Quelque fut l’évolution politique de la République du Mali et les différents changements de gouvernement, le comité a toujours gardé une position de neutralité absolue en soutenant les acteurs locaux, indifféremment de leur appartenance ethnique. Lors des récents évènements durant lesquelles les populations Peul et Dogon se sont mortellement opposées, les médias étrangers et français ont trop rapidement évoqué une guerre fratricide et ethnique. Sans vouloir argumenter sur les raisons évoquées par les communautés, il nous semble important de souligner que très vite, les deux populations ont réagi conjointement afin de rétablir un équilibre et d’évoquer le travail de déstabilisation orchestré par des puissances extérieures.

Face à cette situation, nous avons apporté notre soutien à Allaye Karembé, qui œuvre actuellement pour notre association, en répondant à sa demande de moyens financiers afin qu’il organise des réunions inter-villageoises et inviter les responsables à ouvrir un dialogue et rétablir un climat de confiance.

À ce titre, il a commencé à organiser ces réunions et comme il nous l’a confirmé à plusieurs reprises « les armes seront impuissantes à rétablir la paix, seul le dialogue entre les gens pourra rétablir un climat de confiance nécessaire à la poursuite du vivre ensemble ».

Malgré ce contexte difficile, il nous semble d’autant plus important de poursuivre notre soutien auprès des populations qui souffrent cruellement de ces violences.

Le comité poursuit donc son action en faveur des femmes. Deux matrones viennent d’être formées et Allaye nous a suggéré de concevoir et d’implanter une maison de naissance afin que les femmes des villages de Bolimba ou de Diallo puisent donner naissance au plus proche de leurs lieux d’habitation. Le projet est en cours de conception et nous allons soumettre plusieurs demandes de financement auprès de fondations ou auprès d’organismes régionaux. Par ailleurs, afin de soutenir la production locale et multiplier les sources de revenus, nous allons aussi financer le développement de ruches et la production de miel local.

Votre soutien est primordial pour poursuivre nos actions en faveur de la population trop souvent confrontée à des déstabilisations politiques, économiques ou climatiques.

Nous comptons sur vous !

N’hésitez pas à vous joindre à nous pour l’Assemblée Générale de l’association (cf. dernière page).

Nadine Wanono-Gauthier

Les actions en cours

La situation particulièrement dégradée, notamment ce printemps, ne nous aide pas à nous projeter et à passer à l’action sur le terrain. Nous avons cependant plusieurs axes de travail qui avancent.

Dialogues intercommunautaires – À la demande expresse de notre relai Allaye Karembé qui a une formation de médiateur et s’investit activement dans des actions de dialogues intercommunautaires, afin de tenter de rétablir un climat de paix et de sérénité, nous avons envoyé mi-avril la somme de 1 600 € dans l’objectif de financer des ateliers de dialogue. Des C.R. seront publiés prochainement sur notre site.

Production de miel – Le Comité a décidé de soutenir le lancement d’une production de miel en s’affranchissant des méthodes traditionnelles. L’objectif dans ce projet est d’équiper des villages en ruches afin d’éviter la destruction d’arbres dont les troncs sont traditionnellement utilisés pour faire les ruches. Un comité de suivi s’assurera de la répartition des revenus entre rémunération du travail, mobilisation des bénéfices au profit du village et constitution d’une épargne pour assurer le renouvellement des équipements.

Les actions en préparation

En parallèle, on s’active en France pour préparer les prochaines actions selon deux axes principaux.

Construction de cases de santé – Le projet de petite maternité pour les matrones que nous avons formé prend forme. L’esquisse réalisée l’été dernier est maintenant au stade de projet avec des plans complets (prochainement en ligne sur notre site Internet) et un chiffrage en cours de finalisation. Le projet dessiné par Cristian, architecte et membre du CAS, s’inspire largement de l’architecture traditionnelle Dogon et repose sur l’utilisation de techniques et de matériaux locaux.

Il s’agit maintenant, d’une part de préparer sur le terrain l’insertion de cette structure dans son environnement (validation du terrain et du droit à l’occuper…) et le cadre socio-médical local ; d’autre part de rechercher des financeurs afin de réunir le montant du projet.

 

Recherche de financeurs – Afin de financer le projet de maternité et de mettre en place d’autres périmètres maraîchers (tels que ceux déployés en 2016 et demandés par d’autres villages), nous multiplions les prises de contact :

  • Rencontre de l’agence des micro-projets : bailleur national sur des projets de 45 k€ en moyenne,
  • Adhésion à l’YCID, émanence du conseil départemental des Yvelines qui nous a déjà financé,
  • Choix et contacts avec des fondations d’entreprise, la Fondation de France et ses adhérents

Faire un don

Avec chaque don, nous augmentons nos capacités d’autofinancement pour obtenir des subventions auprès des fondations et partenaires financiers. Pour chaque euro collecté, nous obtenons 2 à 5 euros auprès de ces organismes.

Important : 66% de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu (dans la limite de 20% du revenu imposable).
Un don de 100 € revient ainsi à 34 €. Le taux est porté à 75% pour l’impôt sur la fortune immobilière (dans la limite de 50 000 €).

Contribuer autrement ?

Partagez sur les réseaux
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Parlez-en sur votre blog
Partagez par email
Partager sur email

Mentions légales  –  Plan du site  –  Réalisé par Into The Why