Les membres du comité d’aide à sangha

Découvrez les membres actifs du Comité. Ils vous apprennent ce qui les lie au pays Dogon.

Avant tout, faites connaissance avec nos contacts sur le terrain.

Sekou

Sékou Dolo

Correspondant du Comité

Sékou Ogobara Dolo est devenu le représentant du Comité d’Aide à Sangha à la suite de son frère aîné Anagaly qui nous avait accompagné depuis la création de l’association par Anne Marie Gillet.
 
Au fil des ans, Sékou nous a transmis les projets qui lui semblaient important d’être soutenus, nous a signalé les secteurs sur lesquels nous devions nous orienter et nous a conseillé auprès des différents interlocuteurs régionaux ou nationaux. Grâce à lui, le comité a pu diversifier ses actions, garder un contact avec les populations en difficulté ou assurer un suivi particulièrement sérieux et ponctuel des actions engagées.  Sékou nous a tout naturellement conseillé de travailler avec Allaye Karambe afin que le CAS réoriente ses actions auprès de zones beaucoup plus défavorisées que celles de Sangha qui bénéficient que de très peu d’aides extérieures.

Allaye Karembé

Relai local, notamment sur les projets agricoles

Allaye est né en 1969 à Bandiagara. Il est diplômé en agronomie de l’Institut Polytechnique Rural de Koulikoro. Il travaille depuis plus de 20 ans avec des organismes nationaux et internationaux de développement.

« Ma motivation pour travailler avec le Comité d’Aide à Sangha c’est surtout la bonne approche, avec l’appui direct aux bénéficiaires, une gestion rigoureuse et des projets non imposés. C’est suite aux demandes des communautés que les projets sont financés. L’aide directe engendre moins de coûts financiers et administratifs.
Enfin, tous les projets concourent directement à lutter contre la faim et la pauvreté, en un mot pour l’amélioration du cadre de vie des communautés rurales.« 

Allaye-Karembe
orcine-dolo

Orcine Dolo

Relai local, notamment sur les projets de santé

Orcine est infirmier, il est notre relai sur place pour les projets de santé et faire le suivi des coopératives de femmes. 

Par ailleurs, il gère la pharmacie mise en place par l’association.

Benedicte

Bénédicte Faure

« Les relations humaines que nous avons tissées avec les hommes et les femmes du Pays DOGON sont sans aucun doute les souvenirs les plus forts que je conserve des différents voyages que nous avons fait avec Cristian. Aujourd’hui, je ne peux être indifférente aux changements qui bouleversent la vie des personnes qui ont su si bien nous accueillir. »  Bénédicte

Cricri

Christian Faure

« C’est ma grande sœur Nadine W. qui me parlais des falaises de Bandiagara, des Dogons à travers ses livres ou des films et son travail avec Jean Rouch. Je connaissais aussi l’habitat sous abris des Anasazi à Mesa Verde aux USA et j’étais curieux de découvrir celui des Tellem et puis j’ai fait des dessins en 1994 et 1997 au Mali. Depuis je suis fasciné par leurs architectures qui est un éternel voyage dans l’espace et dans le temps avec toutes les audaces pour s’approprier ces lieux dans l’ombre des falaises ou sur les plateaux… »  Christian

MichelFortin

Michel Fortin

« Tout y est hostile,
La sécheresse, la faim, et maintenant la guerre.
Mais tout y est humain, protégé des excès de la civilisation par la spiritualité .
L’engagement humanitaire ne s’accommode pas de la dispersion ; il faut choisir un combat, pas mille,
J’ai choisi d’aider les Dogon car il y a tout à sauver, des vies mais aussi une culture, une civilisation. »  Michel

Frederic

Frédéric Salvi

« J’ai reçu le Comité d’Aide à Sangha comme un héritage d’anciens collègues membres actifs aujourd’hui retraités.
Depuis toujours sensibilisé au développement rural et à l’agriculture familiale notamment dans les pays en développement, j’ai naturellement cherché à mettre mes compétences d’agronome au service d’actions dans ces pays. La petite taille de l’association, sa philosophie et son mode d’intervention (qui m’ont toujours semblé de bon sens et correspondre à des bonnes pratiques) m’ont incité à m’impliquer.
De donateur, je suis devenu adhérent et membre du conseil depuis 2012. »  Frédéric

Nadine1

Nadine Wanono

« Ce fut sur les conseils de Jean Rouch que j’entrepris mon premier voyage en pays dogon. Je suis arrivée au matin du 17 janvier 1977 avec une lettre pour Ogobara Dolo, grand ami de Jean Rouch et de Germaine Dieterlen. Ogobara était décédé la veille et la famille m’accueillit sous le nom de Yatemmelou: celle qui n’a pas trouvé!  40 ans d’amitié, de vie, d’échanges, de discussion et de projets jalonnent ce parcours  au cours duquel j’ai pu partager la vie quotidienne des femmes, être témoin des difficultés de la vie, de l’évolution de la société… Ces liens d’amitié, tissés au fil des ans nous donnent les énergies de continuer à chercher les moyens nécessaires afin d’accompagner la population dans la réalisation de leurs projets. »  Nadine

head-home6

Marie-Claire Hamon

head-home6

Evelyne Evin

Vous cité
ici bientôt ?

 

Faire un don

Avec chaque don, nous augmentons nos capacités d’autofinancement pour obtenir des subventions auprès des fondations et partenaires financiers. Pour chaque euro collecté, nous obtenons 2 à 5 euros auprès de ces organismes.

Important : 66% de vos dons sont déductibles de votre impôt sur le revenu (dans la limite de 20% du revenu imposable).
Un don de 100 € revient ainsi à 34 €. Le taux est porté à 75% pour l’impôt sur la fortune immobilière (dans la limite de 50 000 €).

Contribuer autrement ?

Partagez sur les réseaux
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Parlez-en sur votre blog
Partagez par email
Partager sur email

Mentions légales  –  Plan du site  –  Réalisé par Into The Why